ANTECEDENTS

La région caraïbe connaît un retard prononcé en matière d'actions et de résultats liés aux politiques et à l'utilisation des TIC pour le développement (TICpD) par comparaison avec l'Amérique latine, voire même avec l'Afrique. Plusieurs raisons peuvent expliquer cette situation, en particulier une certaine difficulté à rendre la culture des réseaux compatible avec la culture des pays de la zone. Soulignons que la difficulté d'assumer la diversité linguistique dans la Caraïbe est un véritable obstacle à l'intégration par les TIC et à une vision régionale de la Société de l'information. La présence et l'influence de cette région dans les débats du Sommet mondial sur la Société de l'information (SMSI) ont été modestes1 et les retombées en deçà des espérances. La Caraïbe a une certaine difficulté à s'exprimer d'une seule voix dans ce domaine

Durant la période 2003-2005, une intensification des activités s'est produite (notamment grâce à la réunion de la Barbade organisée par l'ICA2 et à la conférence électronique qui en a découlé - la "CIVIC"3).L'Union européenne a conduit deux études visant à développer des programmes de TICpD, l'une visant spécifiquement la Caraïbe, l'autre menée dans le cadre d'un programme pour les pays du groupe ACP. Par ailleurs, l'ICA soutient la réalisation des propositions adoptées dans son dernier appel ; FUNREDES participe à l'une d'entre elles, dont l'objectif consiste à appuyer le processus d'intégration virtuelle autour de la CIVIC (voir http://carisnet.org).

Le moment est donc particulièrement opportun pour attirer l'attention des parties impliquées (principalement les agences de coopération) sur cette composante du problème et pour tenter de sensibiliser les acteurs des TICpD (notamment la société civile) et de les encourager à trouver, ensemble, des solutions qui permettraient une présence plus coordonnée de la région au SMSI de Tunis et des répercussions positives dans les agendas nationaux et régionaux pour la Société de l'information.

D'autre part, l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) a fermement soutenu la participation de la société civile au SMSI, considérant que la diversité culturelle est un élément stratégique essentiel. L'OIF a d'ailleurs tout intérêt à entreprendre une action dans la Caraïbe : elle y a trois états membres (Dominique, Haïti et Sainte-Lucie), on y trouve des départements français d'Amériques et les enjeux du multilinguisme y sont essentiels.


[1]En dépit de la tenue de la réunion préparatoire du SMSI pour l'Amérique latine et la Caraïbe en République dominicaine (http://www.indotel.org.do/wsis/)
[2] Table ronde des TIC dans la Caraïbe, la Barbade, 28-30 octobre 2002: http://www.icamericas.net/workshops/caribbean/
[3] http://www.dgroups.org/groups/icacaribbean/